Une situation qui n’est pas rare

Vous vous en convaincrez sans peine si l’on vous invite à soulever un panier que l’on vous aura dit rempli de ferraille, alors qu’il est vide en réalité.A Paris, plus d’un électeur sur deux est une femme.Les récentes attaques terroristes à Paris nous rappellent l’importance de cette réforme.S’il a de l’esprit, c’est un luxe.Il est vrai que Platon n’identifiait pas celle-ci avec Dieu : le Démiurge du Timée, qui organise le monde, est distinct de l’Idée du Bien.On pouvait s’en servir pour nous donner une idée du travail de préparation.Le patriarche même des juifs adore indifféremment Sérapis et le Christ.Derrière son « Mahomet » et l’inquisiteur, il y a foule.Si notre conception du rôle du corps, si nos analyses de la perception pure et du souvenir pur doivent éclaircir par quelque côté la corrélation du corps à l’esprit, ce ne peut être qu’à la condition de lever ou d’atténuer ces trois oppositions.Au cœur de cette problématique, on trouve les questions de régulation « cross-border » : est-ce que les USA peuvent exiger la capitalisation renforcée des filiales américaines de banques étrangères, imposer des règles sur des transactions effectuées en Europe ou vice-versa ?Plus précisément, le politologue identifie que les opinions des pays de l’Union européenne ont, en moyenne, une meilleure appréciation de l’état de leurs économies et de meilleures anticipations de l’avenir, mais que la crise de défiance à l’égard des institutions politiques, tant au niveau national qu’au niveau européen, perdure bel et bien. On peut avoir un tempérament disposé à la fête, mais pour vraiment la faire il faut être ensemble, en conclut Antonio Fiori.Au même moment, il prononce outre-Atlantique un discours remarqué devant l’American Bar Association, où il esquisse une doctrine européenne de la concurrence dans ce que l’on commence à appeler la « nouvelle économie ».

Share This: