La poésie de l’euro

Le plan pauvreté avait prévu pour les familles modestes des mesures dans ce sens, mettons les en œuvre.Telle est la première méthode ; elle opère dans l’impersonnel.L’orga­nisme se comporte de plus en plus comme une machine à agir qui se recons­truirait tout entière pour chaque action nouvelle, comme si elle était de caoutchouc et pouvait, à tout instant, changer la forme de toutes ses pièces.Christian Navlet, demande que son projet soit inclus à l’ordre du jour de la prochaine assemblée.Il s’agit ici de transformer les systèmes de financement parallèle (le fameux shadow banking) en quelque chose d’institutionnalisé, plus à même de soutenir l’initiative privée à la marge.Un des grands enjeux au Japon est de relancer l’investissement.Un phénomène d’ailleurs général, l’internationalisation se faisant de plus en plus vers les investisseurs du monde entier : la part des créanciers de la zone euro appartenant au reste du monde est passée de 16,8 % en 2008 à 25,2 % fin 2010.Ils ne l’aperçoivent que sous forme d’image, c’est-à-dire déjà incarné dans des sensations naissantes.Mais le contexte y est bien différent.Soit, par exemple, le mouvement d’un objet dans l’espace.Il est indispensable pour accélérer la croissance du continent et pour répondre aux besoins considérables des classes moyennes émergentes, de Lagos à Addis Abeba en passant par Abidjan, Luanda, Kinshasa, Johannesburg et Nairobi.Le progrès se continue jusque dans l’humanité même.Comment s’étonner alors que tant de Français soient tentés par le populisme ou la désertion démocratique ?

Share This: