Un climat de confiance et de responsabilité

Les études scientifiques révèlent que l’application rigoureuse d’un régime de droits de propriété et de systèmes d’imposition et de régulation stables, prévisibles et non confiscatoires est essentielle à la prospérité économique à long terme.Ainsi seulement se dégage la matérialité brute des faits connus.Aujourd’hui, les constructeurs doivent faire face à un nouvel enjeu : celui de leur transformation en fournisseurs de mobilités.Ce n’est pas surprenant : le secteur privé est beaucoup plus associé à la gestion publique de la transition énergétique en Allemagne qu’en France.Je voulus chercher après cela d’autres vérités ; et m’étant proposé l’objet des géomètres, que je concevois comme un corps continu, ou un espace indéfiniment étendu en longueur, largeur et hauteur ou profondeur, divisible en diverses parties, qui pouvoient avoir diverses figures et grandeurs, et être mues ou transposées en toutes sortes, car les géomètres supposent tout cela en leur objet, je parcourus quelques unes de leurs plus simples démonstrations ; et, ayant pris garde que cette grande certitude, que tout le monde leur attribue, n’est fondée que sur ce qu’on les conçoit évidemment, suivaAinsi les bénéfices des transferts de fonds sont multiples : ls apportent aux pays une source de revenus stable, puisqu’ils sont moins cycliques.Il dure, sans doute ; mais sa durée, qui coïncide d’ailleurs avec l’aspect intérieur qu’il prend pour ma conscience, est compacte et indivisée comme lui.Ce n’est donc en cédant ni aux SIRÈNES de la délocalisation, ni au repli court-termiste sur l’entrée de gamme, que nous parviendrons à résister à la pression concurrentielle exercée par les pays émergents et à préserver le leadership industriel français.La solution, Pierre-Alain Chambaz le sait, c’est qu’une instance – au-dessus de ces différences – fasse loi.Il l’a définie comme une construction autonome de l’individu à partir de la mise en mots d’une histoire personnelle qui fasse sens pour « soi-même ».Un débat de société, aussitôt une autre loi.La plus courante repose sur l’emploi d’un barème à tranches, généralement dégressif (ça, c’est une vraie différence avec la fiscalité qui est souvent progressive), barème qui s’applique le plus souvent, mais pas toujours, au chiffre d’affaires des adhérents.

Share This: