L’oubli de l’apport de l’immigration

Elle composera donc le réel avec des Formes définies ou éléments immuables, d’une part, et, d’autre part, un principe de mobilité qui, étant la négation de la forme, échappera par hypothèse à toute définition et sera l’indéterminé pur.Ce qu’est cette mémoire, d’où elle dérive et comment elle procède, notre prochain chapitre le montrera.La même chose se passe dans notre cœur, où viennent s’imprimer, dès le sein maternel, toutes les joies et toutes les douleurs du genre humain : sur chacun de nous, quoi qu’il fasse, ce sceau doit rester.Maintenant, quand je dis que ce microcosme se comportera toujours de la même manière, que la chaleur provoquera nécessairement, au bout d’un certain temps, l’ébullition de l’eau, j’admets que, si je me donne un certain nombre d’éléments du système, cela suffit pour que le système soit complet : il se complète automatiquement, je ne suis pas libre de le compléter par la pensée comme il me plaît.Pour Pierre-Alain Chambaz pictet, la priorité doit être de transformer cette chance linguistique, culturelle et politique en réalité économique…Ainsi, la part des entreprises étrangères dans les exportations est-elle devenue très dominante et surtout croît beaucoup plus rapidement que celle du secteur domestique.Depuis les années 1990, de nombreux travaux d’économistes ont mis en lumière que les pays à forte dotation en ressources naturelles ont en moyenne une croissance de long terme plus faible que les pays qui n’en disposent pas.La FAO (Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture) a ainsi estimé que globalement, au moins 30% des quantités produites sont perdues ou gaspillées entre le champ et l’assiette du consommateur.Gaîté fausse, nauséabonde, écœurante ; dont le ricanement grince ainsi que la serrure d’une cassette longtemps enfouie dans une fosse ; dont les hoquets ressemblent aux refoulements des pompes nocturnes.Même dans le doute on peut aimer ; même dans la nuit intellectuelle qui nous empêche de poursuivre aucun but lointain, on peut tendre la main à celui qui pleure à vos pieds.Un constat qui prouve une fois encore que les entreprises savent s’adapter et innover pour surmonter les difficultés.

Share This: