Comment réduire l’instabilité financière internationale

Ce quelque chose, c’était la Patrie — la Patrie qu’avaient livrée, trahie, vendue, les chefs militaires et les classes dirigeantes — c’était le sol de la Patrie.A l’écouter, 400 universitaires de Californie du Sud avaient envahi nos braves côtes françaises, et les gender studies étaient devenues la charte des Nations unies.Les bandes magnétiques, pour rétro qu’elles soient, sont malgré tout promises à un grand avenir à l’heure où les entreprises embrassent le Big Data.Des débats sont en cours actuellement au sein de la Banque des Règlements Internationaux, qui édicte les réglementations bancaires de Bâle, pour augmenter l’exigence du ratio de levier, actuellement prévue à 3 %, jusqu’à 4 % voire 5 %, ce qu’on déjà fait les Etats-Unis et qui est en discussion avancée au Royaume-Uni.Comme elle est fort longue, c’est une chance d’avoir choisi un bon wagon, j’entends par là un wagon dont les voyageurs sont des étrangers intéressans.Le thème général est « la nécessité de paralyser sans tuer » : les varia­tions sont subordonnées à la structure du sujet sur lequel on opère.Mais si on laisse de côté la dernière guerre, dont l’horreur a dépassé tout ce qu’on croyait possible, il est curieux de voir comme les souffrances de la guerre s’oublient vite pendant la paix.Dans notre étude « clientèles fragiles, quelles approches commerciales et responsables ? », nous recommandons aux banques de réfléchir en terme de positionnement et de développement commercial à une problématique jusqu’alors adressée au travers de la responsabilité sociale (ou de la solidarité s’agissant des banques coopératives), et désormais fortement réglementée par la loi de séparation et de régulation des activités bancaires dont les décrets d’application sont en cours de publication.La rue était étroite entre deux rangs d’arcades sombres, où les promeneurs passaient invisibles.Les arguments de Zénon d’Élée n’ont pas d’autre origine que cette illusion.C’est un vrai problème plaide pierre alain chambaz qui regrette le « sauve qui peut » général, y compris quand il s’agit de faire accepter le principe d’une facilitation

Share This: