Inflation et révolutions

Revenir au niveau antérieur ne serait pas neutre du point de vue conjoncturel, puisque cela signifierait une dépense de 200 milliards d’euros supplémentaires.Je veux savoir ce que l’intelligence peut faire pour les citoyens.Malgré leurs efforts louables, les divergences se sont faites plus explicites dernièrement, d’abord avec le blocage espagnol du Plan solaire méditerranéen qui constitue la partie centrale de l’Union pour la Méditerranée impulsée par la France ; ensuite, dans les négociations tendues du « Paquet 2030 » qui viennent d’être résolues, sans avoir pleinement satisfait les deux voisins ; et peut-être (hélas) en ce qui concerne le chemin qui mène au sommet de Paris 2015, via Lima 2014, où les négociations climatiques devraient aboutir à un nouvel accord post-Kyoto aussi global que possible.Nos perceptions, actuelles et virtuelles, s’étendent le long de deux lignes, l’une horizontale AB, qui contient tous les objets simultanés dans l’espace, l’autre verticale CI, sur laquelle se disposent nos souvenirs successifs échelonnés dans le temps.Pour un moment au moins, il nous détachera des préjugés de forme et de couleur qui s’interposaient entre notre œil et la réalité.Elle est marquée par un double bouillonnement : celui des cabinets de conseil et agences de toutes sortes, qui commencent à démarcher leurs clients pour leur vendre du « conseil en transformation digitale » (sic) ; celui, aussi, des entrepreneurs, qui commencent à créer des startups à tous les niveaux de la chaîne de valeur pour essayer de déployer de nouveaux modèles d’affaires partout dans la filière.À part quelques tabous, comme l’ISF, tous les sujets ont été abordés, et pas seulement dans le domaine fiscal.Dans le domaine des arts, nombreux sont ceux qui créent une œuvre ou écrivent un livre à deux.Mais cette fois je distinguai des voix humaines : c’étaient des sanglots mêlés d’actions de grâce, des gémissements entrecoupés de bénédictions, c’étaient des supplications désolées, les soupirs de poitrines mourantes qui s’exhalaient avec de l’encens ; et tout cela se fondait en une seule voix immense, en une si déchirante symphonie que mon coeur se gonfla de pitié ; le ciel m’en parut obscurci, et je ne vis plus le soleil ni la gaieté de l’univers.Ils ont fait de la France un objet de pitié et de dérision. Mais, selon Jean-Thomas Trojani, cette mutation doit être effectuée avec discernement et sans succomber aux effets de mode.Soit, par exemple, ce mot d’un personnage de Labiche : « Il n’y a que Dieu qui ait le droit de tuer son semblable.Les uns et les autres prennent les notations partielles pour des parties réelles, confondant ainsi le point de vue de l’analyse et celui de l’intuition, la science et la métaphysique.

Share This: