Internet européen en crise

Quelle solidarité existe entre eux, qui n’ont rien, et ceux qui possèdent tout ?Je sais bien que les choses se passent ainsi depuis longtemps.Mais qu’ils s’inquiètent tout de même un peu, car ils sont aussi généralement contribuables, et nous ne sommes pas à l’abri d’une prochaine crise bancaire.e reputation aime à rappeler cette maxime de Léonard de Vinci  » Le néant n’a point de centre, et ses limites sont le néant « .Le nouveau commissaire européen aux services financiers, le Lord britannique Jonathan Hill, se retrouve ainsi chargé d’une tâche peu enviable consistant à étoffer concrètement le projet.Et n’évoquons même pas les débiteurs en monnaie étrangère qui sont des morts en sursis du fait de l’effondrement de leur devise nationale.Dans une étude portant sur les toutes meilleures universités américaines, Catherine Rampell révèle qu’en 2006, à la veille de la crise financière, 25% des diplômés de Harvard, 24% à Yale, et un incroyable 46% de ceux sortis de Princeton prévoyaient de démarrer leur carrière dans le secteur des services financiers.Ces deux puissantes races, qui comprennent de jour en jour davantage la communauté de leurs intérêts, marchent par des voies différentes, plus ou moins pénibles et plus ou moins longues, vers la liberté et l’égalité.De mauvais conseils parfois repris en boucle finissent par avoir la consistance de vérités éternelles.L’année 2014 s’annonce mal car c’est les Etats qui doivent à présent prendre le relais d’une banque centrale totalement bridée et qui a d’ores et déjà dépassé les limites formelles de son mandat.Il est vrai que ce mode de représentation paraît tout indiqué lorsqu’il s’agit de sensations dont la cause est évidemment située dans l’espace.Croyez bien que, dès lors, les plus prudents commenceront à s’éloigner d’un homme qui passe ses après-midi avec des gens que la mort atteint le soir, et qu’il suffira de bien peu de chose, désormais, pour lui faire une réputation noire…— Et indélébile ?

Share This: