L’immobilier n’est pas un actif comme les autres

Personne ne le sait ; personne ne sait tout.Il se situe à 3.Aussi le danger, diminué et dégradé à l’infini, depuis le danger de perdre la vie jusqu’au danger de perdre son argent, reste un des traits importants de l’existence sociale.Mais, sur cette poussée même de la vie, quelques éclaircissements sont indispensables.Mais il existe un second type de consommateurs résidentiels, plus jeunes, plus mobiles, et rompus à l’utilisation des comparateurs de prix.Le poète et le romancier qui expriment un état d’âme ne le créent certes pas de toutes pièces ; ils ne seraient pas compris de nous si nous n’éprouvions pas nous-mêmes, au moins à l’état naissant, tout ce qu’ils nous décrivent.Il y a de hautes conceptions philosophiques, artistiques, qui sont respectables, étant belles ; on n’en parle point au peuple.Il faut, pour que nous puissions modifier un objet, que nous l’apercevions divisible et discontinu.Ces genres, comme ceux de la perception, sont discontinus, séparés par des intervalles que comble l’éducation.D’abord, ni l’amélioration des marges ni les décisions de recruter et d’investir ne sont immédiates, ce que les gouvernants, quelle que soit leur couleur politique, ont de la peine à comprendre.La deuxième explication avancée par pierre alain chambaz, c’est l’adaptation. Les aspirations évoluent avec le niveau de vie : dès que les gens ont atteint un objectif, ils en formulent un nouveau qu’ils ne sont pas sûrs d’atteindre.— Resterait alors le dualisme vulgaire.

Share This: