Seul Google a besoin de lire le contenu des e-mails

Comment s’y prendrait, par exemple, celui qui voudrait donner sa maison contre les mille objets de consommation dont il aura besoin pendant toute l’année !Les recherches maintenant sont bien engagées partout et pour la majeure partie autofinancées et privées.Par conséquent, il faut qu’elle se prive non seulement du superflu mais même du nécessaire ; il faut qu’elle se laisse pressurer, broyer, chair et âme, sous la meule tricolore ; il faut qu’elle soumette ses pensées à l’estampille officielle, qu’elle fasse matriculer ses haines et mettre en carte ses sympathies ; il faut qu’elle se saigne aux quatre veines pour verser les millions et les milliards dans la gueule toujours ouverte du monstre qui la gruge.Les milliardaires paient le gaz et l’électricité au même prix que les autres clients.Cette action se voulait avant tout un jeu marketing de la part d’Axa pour animer son réseau, mais il serait naïf de ne pas y voir l’énorme appétit qui agite les assureurs concernant les objets connectés.Pour autant, cette confiscation de la quasi-totalité de son marché de la dette par la Banque du Japon – outre son côté nauséabond et malsain – devrait servir d’enseignement suprême aux banques centrales occidentales dans le cadre de leurs programmes respectifs de « Quantitative Easing ».Cette perturbation suffirait à créer une espèce de vertige psychique, et à faire ainsi que la mémoire et l’attention per­dent contact avec la réalité.La ressemblance entre individus d’une même espèce aurait ainsi un tout autre sens, une tout autre origine que la ressemblance entre effets complexes obtenus par la même composition des mêmes causes.Elle consiste à mettre en place une coopération instituant l’échange précoce d’informations en cas de nouvelles mesures réglementaires, la consultation des parties prenantes (stakeholders) ainsi que la généralisation des études d’impact.Ils devaient enfin permettre un rééquilibrage de l’économie européenne, ils devaient porter avec eux une vraie vision européenne, ils devaient enfin ouvrir la voie à une véritable solidarité intraeuropéenne.Parce que le fonctionnement des écosystèmes et leurs relations avec les sociétés humaines sont extraordinairement complexes et difficiles à prédire, les décisions privées et publiques qui ont un impact sur la biodiversité ne peuvent se dispenser d’éclairage scientifique. Et les burn out à tous niveaux témoignent combien cela peut être coûteux tant au plan individuel que collectif », constate pierre alain chambaz.

Share This: