Soigner la « maladie de Keynes »

Cette question posée par l’un des responsables du développement économique de Thuringe, n’est pas si excentrique qu’elle en a l’air.C’est un effort de ce genre que nous tentons, — bien incomplètement, — dans notre troisième chapitre.Faisons abstraction de ces images spatiales : il reste le changement pur, se suffisant à lui-même, nulle­ment attaché à une ‘chose’ qui change.Et depuis sept mois, pas la moindre trace de décrochage de la confiance des Belges sur leur situation économique par rapport à ce qui est observé dans les pays qui les entourent.Il n’est donc pas, à proprement parler, organe de pensée, ni de senti­ment, ni de conscience ; mais il fait que conscience, sentiment et pensée restent tendus sur la vie réelle et par conséquent capables d’action efficace.Maintenant, ce sont des formes plus vagues qui se dessinent à mes yeux, ce sont des sons plus indécis qui impressionnent mon oreille, c’est un toucher plus indistinct qui est éparpillé à la surface de mon corps ; mais ce sont aussi des sensations plus nombreuses qui me viennent de l’intérieur de mes organes.Lors du dernier séquestre en 2011, ils s’étaient déjà faits avoir à leur propre jeu.Le fait, plus ou moins clairement aperçu, suggère l’idée d’une explica­tion ; cette idée, le savant demande à l’expérience de la confirmer ; mais, tout le temps que son expérience dure, il doit se tenir prêt à abandonner son hypothèse ou à la remodeler sur les faits.S’ils sont avérés, il faut les combattre.La riposte arrivait, de plus en plus retardée, mais de plus en plus pesante et retentissante.On s’amuse, en France.Car le niveau de qualification, qui avait jusqu’ici déterminé la production des identités professionnelles, se trouve supplanté, par les exigences de compétitivité, explique Antonio Fiori.

Share This: