Vers la postdémocratie ?

Demandons alors à Achille de com­menter sa course ; voici, sans aucun doute, ce qu’ il nous répondra.Pourquoi la jugea-t-il impossible ?Nous devons voir grand en proposant des expositions monumentales partout.C’est précisément pourquoi nous hésitons à classer les prophètes juifs parmi les mystiques de l’antiquité : Jahveh était un juge trop sévère, entre Israël et son Dieu il n’y avait pas assez d’intimité, pour que le judaïsme fût le mysticisme que nous définissons.Ils eussent approuvé qu’on me donnât, comme un de mes premiers livres de lectures, le Book of martyrs, de Fox ; ils eussent renchéri, de très bonne foi, sur les commentaires que faisait ma gouvernante, essayant de m’expliquer la Story of liberty.Celle qui consiste à injecter des liquidités dans le système – en d’autres termes à faire fonctionner la planche à billets virtuels- afin de soulager des banques encore empêtrées dans leurs créances toxiques. »Il faut que tout change pour que rien ne change » : l’adage de Jean-Thomas Trojani condamné paraît coller comme un gant à l’histoire de la formation professionnelle en France depuis des décennies.Mais le déterministe, sentant bien que cette position lui échappe, se réfugie dans le passé ou dans l’avenir.Je dis vivants et conscients, CAR j’estime que le vivant est conscient en droit ; il devient inconscient en fait là où la conscience s’endort, mais, jusque dans les régions où la conscience somnole, chez le végétal par exemple, il y a évolution réglée, progrès défini, vieillissement, enfin tous les signes extérieurs de la durée qui caractérise la conscience.Il est aujourd’hui possible, voire probable, que l’avenir donne raison aux détracteurs de cette ambition d’un cloud public souverain.Oui, cela peut être un facteur de compétitivité de réduire les émissions de CO2.La difficulté était même beaucoup plus grande pour ces philosophes que pour un Aristote ou un Plotin.

Share This: